israel-o-fil (RSSFlux RSS)

France : Les candidats et Israël

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

A la veille d’une élection présidentielle capitale pour la France, tous les sujets ou presque ont été passés en revue par les 11 candidats. Dans un contexte de menaces terroristes inédit depuis quelques années, les prétendants ont des avis divergents sur la question israélo-palestienne. Le terrorisme tel qu’il est vécu en France n’est pour la plupart pas comparable avec celui subi par Israël. Certains y voient des similitudes, l’idéologie islamiste est la même quel que soit le pays touché, d’autres soutiennent à demi mots le Hamas, tyrannique avec les gazaouis mais considéré comme entité résistante aux yeux des antisionistes.

Voici donc une florilège de déclarations de candidats alliés et ennemis de l’état hébreu. Opportunisme ou sincérité ? Juifs de France et d’Israël, à vous de juger.

François Fillon :

“Je vous appelle à vous rassembler derrière mon projet, je serai toujours d’une inflexibilité totale avec toutes les formes d’antisémitisme”. “Je voudrais dire à tous nos compatriotes juifs, qui vivent en France, en Israël ou ailleurs, qu’ils ont toute leur place dans la communauté nationale, notre pays doit beaucoup aux français juifs”. “Israël est, et restera une amie, une alliée”. “Les Palestiniens ont le droit à un État, mais ils doivent reconnaître Israël”. “Mettre fin au conflit est une “priorité”, la paix ne pourra s’obtenir qu’a l’issu d’un accord global, négocié directement entre les parties, et qu’il garantisse la sécurité absolue d’Israël comme les droits légitimes des Palestiniens”.

Emmanuel Macron :

“Vivre en Israël ne signifie par couper les ponts avec le pays d’origine. Bien au contraire, les Franco-israéliens ont une double culture qu’il faut entretenir, chérir et qui constitue un véritable défi. Le lien avec la France doit rester vivace par-delà la distance”. “La France a toujours souhaité la reconnaissance de deux Etats. Et dans ce contexte, moi, je souhaite qu’on continue à avancer sur ce sujet, la reconnaissance des deux Etats, et qu’on arrive à pacifier la situation. On reste dans le cadre d’accords qui ont été conclus en 1992 qui définissaient des éléments de stabilité, ils doivent être respectés là-dessus”. “Reconnaître un état palestinien unilatéralement, je pense que sur ce sujet, on peut se faire plaisir. Ça ne sert à rien. La clé, c’est la reconnaissance des deux états en réalité sur le terrain, dans un équilibre politique et de construction de la paix.”

Jean-Luc Mélenchon :

“Fidèles à la mémoire des meurtres de masse commis dans le passé, nous nous sommes portés aux avant-postes du soutien à la malheureuse population de Gaza”. “Si nous avons quelque chose à dénoncer, ce sont nos compatriotes qui ont cru être bien inspirés en allant manifester devant l’ambassade d’un pays étranger (Israël) ou servir sous ses couleurs les armes à la main”. “Nous ne croyons pas à un peuple supérieur aux autres”. “Nous en avons assez du CRIF”.

Marine Le Pen :

“Israël est un État souverain et a le droit de fixer sa capitale où il veut. Ce n’est pas à nous Français de décider quelle sera la capitale de l’État d’Israël”. Malgré ses propos controversés sur la responsabilité de l’état français dans la rafle du Vel d’Hiv, elle affirme : “Je serai le plus grand défenseur de la communauté juive de France”. “Chaque jour, des jeunes Juifs sont insultés, humiliés, frappés. Je suis l’arme la plus fiable pour les défendre”.

Benoît Hamon :

“La résolution visant à reconnaître la Palestine est tout à fait opportune sur le plan électoral. Il s’agit du meilleur moyen pour récupérer notre électorat des banlieues et des quartiers qui n’a pas compris la première prise de position pro israélienne de François Hollande”. “Même si je conteste les choix de Netanyahu, cela ne m’amène pas à être sur le terrain de ceux qui ne veulent qu’une chose : la fin d’Israël. Je ne confonds pas hostilité à l’égard de choix politiques qui sont ceux de Netanyahu et la détestation d’Israël. Je suis contre le boycott parce qu’il est illégal”.

Nicolas Dupont-Aignan :

“Je voterai pour la création d’un Etat palestinien car c’est le seul moyen d’aller vers la résolution de ce conflit qui empoisonne le Proche-Orient et le monde depuis des décennies”. “Reconnaître l’Etat palestinien comme l’ont déjà fait 135 pays, revient ni plus ni moins à faire vivre un principe fondamental qui régit le reste du monde contemporain : le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, qui seul crée les conditions d’égalité entre les nations et inscrit leurs relations dans le champ de la rationalité politique, loin de la paranoïa et des fanatismes haineux”.

Philippe Poutou :

“Nous apportons tout notre soutien aux 7000 prisonniers palestiniens, victimes de l’arbitraire de l’administration coloniale israélienne, et détenus dans des conditions contraires à toutes les conventions internationales. Nous tenons, au-delà de la solidarité avec les prisonniers politiques, à exprimer notre soutien au peuple palestinien en lutte contre l’occupation, la colonisation et les discriminations, face au gouvernement d’extrême-droite de Netanyahou qui leur mène une guerre sans merci”. “L’État d’Israël est un état hors-la-loi et le soutien dont il bénéficie de la part des pays occidentaux, France en tête, est un scandale qui n’a que trop duré. Israël doit au contraire être sanctionné jusqu’à ce que les droits nationaux du peuple palestinien soient satisfaits. Palestine vivra, Palestine vaincra !”.

Jacques Cheminade :

“Antisémite c’est la chose la plus ridicule que j’ai jamais entendue. Nous voulons la paix par le développement mutuel. Pour moi Netanyahou n’est pas Israël”.

François Asselineau :

“Actuellement, l’État d’Israël se juge au-dessus du droit international puisque c’est le recordman, si j’ose dire, du nombre de résolutions du Conseil de sécurité qui n’ont pas été suivies d’effet”. “Le gouvernement israélien fait un bras d’honneur à la communauté internationale. Ce n’est pas admissible ce qu’il fait actuellement. On ne peut pas avoir en permanence un peuple dénié de ses droits”.

Jean Lassalle :

Pas de déclaration officielle sur l’antisémitisme ou Israël dans les médias. En 2011, son nom est dans la liste des 103 parlementaires qui ont voté pour l’admission de la Palestine à l’ONU.

Nathalie Arthaud :

“Mon parti, Lutte Ouvrière, a toujours dénoncé avec détermination la politique du gouvernement d’Israël qui pousse les Palestiniens hors de leurs terres, enferme les populations derrière des barbelés et des murs de béton et des kilomètres de barbelés, qui transforment les territoires palestiniens en camps de concentration à ciel ouvert, et en particulier dans le cas de Gaza”.

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags XHTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <blockquote cite=""> <code> <em> <strong>